Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo

Jean-Claude Duce

Le 24 septembre 1922, Georges Carpentier, champion du monde de boxe des mi-lourds, fait au stade Buffalo de Montrouge son grand retour en France. Mais face au Sénégalais Battling Siki, la fête tant attendue tourne vite au cauchemar...

 

1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo

    Un grand moment de solitude. C’est ce que Louis Phal, dit Battling Siki, ressent ce 24 septembre 1922 à seize heures, lorsqu’il se glisse entre les cordes. Autour du ring installé au centre du stade Buffalo à Montrouge, 4000 spectateurs mais guère de partisans pour cet ancien pugiliste de foire sénégalais. Il faut dire qu'en face de lui, son adversaire du jour a depuis longtemps déjà quitté le statut de simple boxeur pour entrer de plain-pied dans la légende du noble art : adulé des foules, alors champion de France, d'Europe et du monde des mi-lourds, Georges Carpentier est au sommet de sa gloire. Le gamin de Liévin-les-Lens, déjà roi d'Europe avant que la première guerre mondiale ne vienne mettre sa carrière entre parenthèses, a tout connu. Une victoire historique à New-York où il devient le 12 octobre 1920 le premier champion du monde de boxe français en détrônant le tenant du titre des mi-lourds, Battling Levinski.Une défaite héroïque le 2 juillet 1921 à Jersey City, couronne mondiale des lourds en jeu, face à Jack Dempsey. Puis, après les Etats-Unis, une tournée triomphale en Angleterre où sa renommée lui vaut l’honneur d'être invité par le prince de Galles à prendre le thé avec la famille royale...

1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo
1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo
1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo

    Comment dès lors ne pas comprendre le public français, qui privé de son champion depuis si longtemps en attend monts et merveilles ? Montée à l'initiative de Victor Breyer, patron du journal L'Echo des sports, afin de relancer la boxe au stade Buffalo, la réunion de Montrouge est pourtant loin d'être considérée comme un grand rendez-vous par Georges Carpentier. Il y met, certes, tous ses titres en jeu, mais pour lui ce combat n'est guère plus qu'une exhibition. A tel point que François Descamps, son manager, voulant mettre à l'abri son poulain à court de forme, se met d'accord avec Battling Siki pour qu'il se couche au cinquième round après quatre reprises d'une résistance de pure forme. Officiellement, pour permettre à une firme cinématographique, désireuse de mettre "l'événement en boîte", d'en filmer l'intégralité sur une seule pellicule…

 

1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo
1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo
1922, Carpentier "se prend les pieds dans le Siki" à Buffalo

    Un scénario peu reluisant qui ne tiendra finalement que deux rounds. Conspué par le public pour son manque de combativité, rappelé à l'ordre par l'arbitre durant la troisième reprise, Battling Siki laisse presque malgré lui parler les battoirs lui servant de poings. Manquant visiblement de condition physique, Carpentier accuse le coup, tombe une première fois au tapis dans la quatrième reprise, puis perd pied dans la cinquième contraignant son manager à jeter l'éponge. Devant les yeux incrédules de Sacha Guitry, Yvonne Printemps et d'autres célébrités amies de "l'ange du ring", il est d'abord contre toute attente déclaré vainqueur, l'arbitre demandant la disqualification de Siki pour un supposé croche-pied. Confusion, bronca du public, après plusieurs minutes de discussion la victoire du challenger est finalement confirmée. Carpentier perd ses trois titres et sa précieuse couronne mondiale face à un Sénégalais de 25 ans, issu d'une famille de vingt-deux enfants et grandi dans l'anonymat des bas-fonds marseillais ! Seule faute de goût dans un parcours jusqu'alors exemplaire, cette défaite laissera longtemps des regrets à Georges Carpentier. "Je mis longtemps à me remettre de l'affaire Siki, et aujourd'hui encore je n'y repense jamais impunément", confie t-il même en 1954 dans sa biographie, "Mon match avec la vie". Battling Siki, lui, ne jouit pas longtemps de cette gloire inattendue tombée du ciel : le 15 décembre 1925, parti tenter sa chance aux Etats-Unis, il est assassiné à New-York. Pour avoir cette fois oublié de se coucher lors d'une sombre affaire de match truqué...

Sources : Images http://gallica.bnf.fr et "Mon match avec la vie" par Georges Carpentier, éditions Flammarion, 1954.

Facebook Twitter RSS Contact