Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

Chorizo périmé ?

Philostrate #Tennis
Tilden-Miroir-1938.jpg    Pobré Rafa… Yé loui avait pourtant dit qu'à courir comme oune  cabrito sour la terre battou, il allait finir par sé touer la santé. Il a l'air fin mainténant notre taurillon fougueux avec ses sabots en compote. Pobrécito. C'est oune comble : à peine l'âge où lé toro fait lé beau dans l'arène, qu'il est déyà plou bon qu'à régarder passer lé trains en prénant son mal et sa dolor en patience.

    C'est ça lé sport modérn. Tout  va plou vite. Tou a encore dou lait dé ta mère sour lé bout dou nez et des cojones pas plou grosses qué dé noyaux dé cérises, que tou passes déyà des heures sour les courts dé tennis. Tou a à peine dou poil au mentone, qué tou soulèves dé la fonte comme ouné campeon dé force basque. Après, tou a oune bras comme Houlke lé titane verte, tou peux jouer plousse dé tournois qué dé yours dans l'année et tou té fais des cojones en platine - yé sais, encore lé cojones, jé soui oune macho…

    Évidemment, tou lé monde a dé l'admiraçion por toi. Lé poublic, qué comme dans l'arène y veut plousse dé spéctacle et sé fout dou reste. Lé yournalistes, qué disent qué té oune estraterrestre, qué té oune physico hors dou commun, qué té oune force dé la natoure. Les mêmes y diront qué té ouna mierda si, pour être encore plousse extraordinaire, tou va voir oune docteur qué lé pas conventionné et qui té donne oune pétite traitément médical qué té fé cracher lé fuego. Lé your où tou fait péter la fiole dou controle antidopage, là té plou oune campeon dou tou et tou a beau avoir donné à tou lé mundo cé qui voulait, té tou sol quand la guardia civil elle encercle l'hacienda.

    Pobre Rafa. Yé vé pas té péter lé moral, tou a déya assez dé mal avec té pieds ramollis comme dou chorizo avarié. Yespère qué tou va té réfaire oune santé sous lé soleil des Baléares et qué Toni, ton tonton, va té trouver oune bonne médécin et des zapateras sour coussin d'air pour qué, même bien cassé, tou pouisses jouer encore oun an ou deux. Yousqu'à vingt-cinq ans, si tou a dé la chance, por féter tes vingt ans dé tennis professionnel. Après, c'est les oreilles et la queue aux aficionados, en attendant qué tou soit remplacé par oune autre prodige au gros bras. Cé la doure loi dou sport…

P.S : Le grand champion Bill Tilden, immortalisé sur cette image en 1938, disputait encore le tournoi de Roland-Garros à 46 ans. À cet âge-là, Rafael Nadal fera des cures thermales à la Bourboule pour soigner ses douleurs et s'endormira, un plaid sur les épaules, en regardant deux "prodiges" de quinze ans jouer la finale des Internationaux de France 2032 sur un court central de 80 000 places. C'est beau l'avenir…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Mizou-Mizou 01/12/2007 15:53

Pobre Rafa…N'oublie yamais cetté pharse défintive dé Mizou-Mizou : "yé né souis pas oune machine"

Facebook Twitter RSS Contact