Du sport ou du cochon

Du sport ou du cochon

Le sport entre les lignes et sans langue de bois

Partager

Gravures de mode

Philostrate — Société et médias
    Le sportif est le "mec plus ultra" du XXIe siècle. Sa célébrité ne se mesure plus seulement par ses performances sur le terrain. Pour être reconnu, il lui faut désormais savoir aussi prendre la pose. Sous la pression des sponsors, des publicitaires et des journalistes, qui empruntent à l'occasion aux vendeurs de lessives quelques unes de leurs grosses ficelles, il se fait mannequin, se donne la belle image, histoire de prouver qu'il est non seulement le plus fort, mais aussi le plus beau.

    Narcisse des temps modernes, ses contorsions devant l'objectif des appareils photos ou des caméras tournent souvent au ridicule. Quel intérêt de faire se rouler un Ribéry dans la peinture, pour lui offrir le torse nu, tricolore et dégoulinant, la une d'un magazine ? Nous montrer qu'au-delà de son talent balle au pied, il sait lui aussi jouer les "fashion victims" ? Dans les année 50 (voir les gravures de Pellos ci-contre), où dans les films noirs comme dans les journaux on aimait bien "les gueules", la tronche de boxeur fracassé de l'attaquant du Bayern aurait largement suffi à lui attirer la sympathie du public.

    Mais il en faut toujours plus. Comme si le champion, à la pureté de ses gestes dans l'exercice de son art, devait obligatoirement être un mètre étalon, à la scène comme à la ville. À ce titre, la séance de photos consacrée à Joakim Noah dans la dernière livraison de Sports & Style, la consternante pompe à fric de notre quotidien sportif national, était hilarante. Censé jouer les gravures de mode, le rookie de la NBA, fils de Yannick et Cécilia, donc graine de mannequin en puissance, illustrait une autre forme de fossé entre les générations. A mi-chemin entre Stevie Wonder et "Requin", l'ennemi aux dents d'acier de James Bond dans Moonraker, il semblait autant à sa place dans un studio de mode qu'Alain Bernard dans la pataugeoire de la piscine de Saint-Frusquin-sur Argence. Le spectateur, fan de basket, de football ou de rugby devrait se foutre comme d'une guigne de ces considérations esthétiques extra-sportives. On nous en ressert pourtant toutes les semaines. Dès qu'un athlète connaît la consécration, il lui faut jouer les Brummel pour devenir définitivement bankable, comme on dit à Hollywood.

    Le dernier en date, William Gallas, a fait ce week-end la une du supplément hebdomadaire de notre unique quotidien sportif national. Entre deux considérations profondes sur la vie, l'histoire de France et l'attitude de la métropole envers ses DOM-TOM, le défenseur d'Arsenal, dans un cliché définitif, nous lançait un regard noir de défi en prenant sa douche…tout habillé ! C'est de l'art, je sais… À moins que Gallas n'ait décidé de passer du ballon rond à l'ovale et d'intégrer la sémillante équipe du Stade Français. Mal informé sur les mœurs de ces charmants garçons épilés et bodybuildés, notre footballeur aura alors préféré garder son costume pour ses ablutions d'après match. L'explication semble plausible, surtout pour un débutant dans l'univers moite des "Dieux du Stade"…

Partager cet article

Commenter cet article

Titi 25/03/2008

Ils sont consternants. Notre seul quotidien national sportif devrait peut-être se demander pourquoi ses ventes ont chuté de 7.8 % en 2007. Le fait de passer en format tabloïd pour l'Euro 2008 serait peut-être l'occasion de revoir un peu la ligne éditoriale... Les quelques départs à la direction du quotidien seront-ils suffisants pour faire un vrai ménage, les placards dorés vont-ils se vider ?

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog