Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

Un Dakar médiatiquement mort… en attendant mieux !

Philostrate #Société et médias
Pubpneus.jpg    Si vous avez un chasseur parmi vos proches, il vous a sans doute déjà fait le coup. La campagne, dans la brume du matin. Les perles de rosée sur les bottes, le chien qui gambade et la nature qui s'éveille dans la fraîcheur du petit jour. Pour un peu, une larme d'émotion glisserait le long de la moustache de Tartarin pour s'écraser sur le treillis sous lequel bat le cœur du poète agreste. Une scène à figer sur de la toile de Jouy. Evidemment, si comme moi vous avez un soupçon d'esprit de contradiction, vous ne manquez pas de faire remarquer à l'émule de Michel Delpech, que ses élans contemplatifs seraient un chouîa plus convaincants s'il se décidait à laisser sa pétoire au ratelier.  Déclenchant irrémédiablement les beuglemlents outrés du viandard, vous invitant à aller débiter ailleurs vos fadaises écolo-bobo…

    Eh bien les rallye-raids, c'est tout pareil ! La caravane des graisseux et les ersatz d'Albert Londres qui lui emboîtent le pas sur les pistes poussiéreuses de Dakar, Santiago ou d'ailleurs, n'ont de cesse de vanter la beauté grandiose des paysages traversés par leur engeance pétaradante. Un motard en plan serré, ça reste un motard. Un motard en plan large sur une dune ou dans la pampa, ça devient épique ! Alors on use et on abuse de ces beaux panoramas. Sur France Info,  en 2009, on a pu même entendre au début du show ASO aux Amériques, un tonton Cristobal carburant au gasoil regretter que les animaux du cru s'enfuient trop vite au passage de sa pétrolette pour les immortaliser sur son appareil numérique !

    Pas con le lama, s'il pouvait encore leur cracher à la gueule à ces encasqués, mais ils vont trop vite ! Jamais il ne vient à l'esprit des ambassadeurs mécaniques de notre société énergivore, que ces écrins naturels où vomissent leurs pots d'échappement se portent bien mieux quand ils n'y sont pas ? Ne leur vient-il pas à l'esprit à tous ces émules holtziens aux yeux écarquillés par la coke ou par trop de grimaces télévisuelles qu'ils sont dans ces austères confins autant à leur place qu'un trait d'humour dans le discours d'un trotskyste ?

    Prenez le désert d'Atacama, traversé cette année encore par cette grotesque pantomime que l'on n'ose même plus nommer "Dakar". L'un des endroits les plus arides de la planète, où pas même une bactérie n'ose faire souche. Les astronomes, servis par la pureté d'un ciel où la nuit les étoiles vous enveloppent,  y viennent de l'autre bout de la planète pour vivre un instant de symbiose avec le cosmos. Pensez-vous vraiment qu'un endroit comme celui-ci se prête à ces citadines pestilences ? Contentons-nous de polluer nos villes avec notre barnum mécanique et épargnons les derniers grands espaces de notre vieille Terre. Le panache qu'y gagneront nos simili aventuriers ne sera pas pour une fois que de fumée.

    Le combat d'ailleurs, est peut-être en passe d'être gagné. L'édition 2010 du rallye-raid errant, fleuron d'ASO, s'est déroulé, puis terminé ce week-end, dans un anonymat quasi général. Y compris dans les colonnes de notre quotidien sportif national, où ce qui était naguère un événement couvert à grand renfort d'envoyés spéciaux, n'a pas occupé cette année plus d'une demi-page par édition. Si en plus la disparition de cette anachronique fantasia finissait par faire économiser du papier, la boucle - vertueuse - serait définitivement bouclée…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Titi 18/01/2010 09:01


Ah ce serait trop beau de ne plus en entendre parler ! Mais j'ai bien peur que l'année prochaine, ils y soient encore... Combien de morts cette année ? Je ne sais plus, le quota n'a pas du être
dépassé, tout va bien donc.


Facebook Twitter RSS Contact