Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

L'annonce faite à "Maké"

Philostrate #Coup de coeur de Philostrate
    L'histoire veut que le Tout-puissant se soit adressé à Jeanne d'Arc dans un champ de sa Lorraine natale. C'est sur la pelouse du Parc des Princes ou les terrains d'entraînement du camp des Loges que Claude Makélélé, lui, a dû entendre des voix célestes. Là où la Pucelle d'Orléans s'était vu confier la mission de bouter les Anglais hors de France, le vieux "Maké" se sent désormais investi d'une mission quasi-divine, celle de remettre à lui seul le Paris Saint-Germain dans le droit chemin.

    Vaste programme. Drôle d'idée surtout, car de quelle légitimité peut se revendiquer l'ancien international pour jouer les redresseurs de torts au PSG ? Maké a un palmarès, certes. Il a joué les tauliers cette saison dans le vestiaire et le milieu de terrain parisiens, d'accord. Mais au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. S'il a plutôt bien tenu la distance dans une équipe jouant au train de sénateur du championnat de France, à la vitesse de croisière Ligue des Champions il aurait sans doute tiré la langue plus que de raison. Surtout, arrivé l'été dernier, que représente Makélélé dans l'histoire du club de la capitale pour s'imaginer ainsi l'incarner aujourd'hui ?

    Rien ou presque. A moins que nous n'ayons raté un épisode. Peut-être, vu son grand âge, Makélélé faisait-il déjà partie, alors fringant trentenaire, de l'équipe qui permit à Paris d'écrire les premières lignes de son palmarès au tout début des années 1980 ? Si c'est le cas, cela nous a échappé, ainsi qu'aux glorieux anciens ayant porté la coupe de France à bout de bras en 1982 et 1983… Par contre, nous sommes quelques uns à nous rappeler très clairement cette finale de coupe en 1993 au Parc des Princes où, venu chercher fortune avec ses virevoltants équipiers Nantais, Maké en était reparti cul nu et fessé de trois buts par des Parisiens où jouaient alors les Kombouaré, Roche, Le Guen et consorts…

    Sauf à confondre Sébastien Bazin avec Dieu le Père, on ne voit pas de quel buisson ardent peut se prévaloir Maké pour se croire ainsi prophète dans un pays qu'il devra conquérir avant d'être le sien. Bouffi d'orgueil, notre bistrotier haut de gamme, dont le café chic est l'unique brevet de parisiannité, risque plutôt de s'attirer de sérieuses inimitiés dans les virages en jouant ainsi les matamors.

    Qu'il range ses habits de Zorro improbable dans l'armoire et se contente simplement de faire la promotion de sa biographie. Faute de nettoyer les prétendues "saletés" qui handicapent selon lui le PSG, son bouquin, comme celui de Rothen avant lui, pourra toujours servir à caler un ou deux meubles bancals du centre d'entraînement parisien…
Facebook Twitter RSS Contact