Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

"Boonen" nouvelle pour le peloton

Philostrate #Cyclisme
    La chasse au dopage ne saurait passer par des lois scélérates ou des tribunaux d'exception. La décision de la Chambre arbitrale du sport autorisant Tom Boonen à s'aligner au départ du Tour de France 2009 le rappelle avec à propos. Sous couvert de défendre "l'image" de la course et au nom de la prétendue exemplarité des sportifs professionnels, ASO entendait en effet refuser au champion belge de courir la Grande Boucle. Les organisateurs de l'épreuve, désireux de laver plus blanc que la cocaïne dont les contrôles positifs laissent supposer que le triple vainqueur de Paris-Roubaix se poudre le nez, avaient simplement oublié un "détail." Effectué hors compétition, ce contrôle ne pouvait être passible de sanctions sportives…

    Alors, on peut toujours gloser sur l'image de sa discipline que Boonen renvoie au public. Les excès du Flamand, convaincu d'avoir franchi la ligne blanche au moins deux fois en un an, relèvent de la sphère privée, tant qu'il ne sont pas avérés dans l'exercice de son métier. C'est ce que vient de réaffirmer la justice sportive : il y a le droit et il y a la morale. Les pères la vertu prompts à enfourcher le cheval du dopage et à rouler du tambour dans les médias pour se donner bonne conscience devraient méditer cette leçon.

    Même pour défendre une noble cause, les chasses aux sorcières appartiennent à une époque révolue. D'autant que même en se plaçant d'un point de vue moral, ce genre d'oukaze est indéfendable. Boonen a certes choisi d'être un champion, connu et reconnu. Mais où est-il écrit, hormis dans les discours ampoulés des barbons de l'olympisme, qu'un gamin d'une vingtaine d'années, confronté à tous les excès de la popularité, devrait dans notre société assurer la fonction de mètre étalon de l'exemplarité ? Ces champions, professionnels du sport glorifiés à longueur d'ondes et de colonnes, nous contribuons tous les jours à les créer, à accentuer les travers de leur spersonnalités, à creuser les failles des plus fragiles d'entre eux. Le sportif de haut niveau est le reflet de notre société, ambigü, soumis au principe du "tout, tout de suite". Nous le façonnons à notre image et devons l'accepter comme tel. Le brûler en place publique pour ses écarts privés revient à nous affranchir de toute responsabilité dans le processus de création de ces monstres médiatiques que sont devenus nos champions. C'est indigne, surtout lorsque ceux les ayant un jour hâtivement bannis, se retrouvent le lendemain pour verser des larmes de crocodiles sur leurs cercueils…
Facebook Twitter RSS Contact