Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

Démagogie rugbystique

Philostrate #Rugby
    Parfois, en une citation, un journaliste arrive à tirer la quintessence d'un homme. C'était le cas vendredi dernier, dans un article paru en page 8 de notre grand quotidien sportif national. Consacré au projet de nouveau stade Jean-Bouin, il permettait à l'adjoint aux sports de la mairie de Paris de dire encore une fois tout le bien qu'il pensait des rugbymen du Stade français, mais en des termes pour le moins suprenants. Il avançait ainsi, pour démontrer la légitimité des Stadistes dans la capitale : "Joueurs et entraîneurs habitent Paris, ce qui n'est pas le cas des joueurs du PSG, plutôt résidents des Yvelines". Argument définitif. Pour l'avoir croisé, on se doutait bien que la classe et la finesse d'analyse n'étaient guère le fort de l'adjoint au maire de Paris. Mais on était loin de se douter qu'il avait aussi un QI de moule de bouchot.

    Car à l'heure du sport professionnel, dans lequel le rugby s'efforce comme tous les autres de barboter, ce type de comparaison est tout aussi maladroit que vide de sens. Faute de pouvoir aligner sur le terrain onze ou quinze Parisiens pur jus, il faudrait donc que nos vaillants représentants à crampons résident intra-muros pour être dignes de représenter la capitale. La belle affaire ! En s'arrêtant à ce type de considération géographique, n'en déplaise à ce monsieur, le Stade français serait un club des Hauts-de-Seine. Pardi, ses rugbymen s'entraînent à la Faisanderie dans le parc de Saint-Cloud et au stade Marcel-Bec en forêt de Meudon, son ancien entraîneur, aujourd'hui sélectionneur de l'équipe de France, habite Boulogne tout comme quelques uns des joueurs de l'effectif actuel… Mais il est vrai qu'en cette année de coupe du monde de rugby, retour sur investissement oblige, la discipline doit être parée de toutes les vertus.

    L'année 2007 sera rugbystique ou ne sera pas, notre quotidien de sport national le disait lui-même dès son édition du 1er janvier ! La France est en pleine fièvre ovale, regardez cette affluence dans les stades ! Enfin, tenez-vous en surtout à Paris et Toulouse, car derrière les tribunes sont le plus souvent dignes d'une belle rencontre de Ligue 2 de football… Mais enfin, vous voyez bien quand même que le rugby est désormais pratiqué partout chez nous et que le cœur du pays bat à l'unisson de l'équipe nationale ! Vu de Bretagne ou du Nord, ce n'est pas toujours évident… Convenez tout de même que nos beaux joueurs huilés posant lascivement sous les douches et leurs joyeux supporters karaokant couramment le Joe Dassin sont plus sympathiques que leurs homologues footballeurs et leurs hooligans hystériques. Peut-être côté tribunes. Mais sur le terrain comme en coulisse, les gentlemen-éphèbes ne donnent pas toujours l'exemple non plus. Enfin, pour faire plaisir du côté de l'Hôtel de ville, on veut bien accorder au Stade Français son brevet de "parisiannité". À une condition toutefois : que le maire de la capitale et son adjoint répètent après nous "London", "Rule Britannia" et "Sebastian Coe" sans s'étrangler ou se fâcher tout rouge…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Titi 22/01/2007 08:55

Bien vu ! On n'a pas fini de nous les mettre sous le nez ces muscles rebondis et huilés, magnifiquement revêtus du maillot à fleurs de nos "chers" Stadistes !

Au fait, cela s'appelle une guerre de clochers non ? Paris, Boulogne, Yvelines, ...

Facebook Twitter RSS Contact