Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Du sport ou du cochon
Le sport entre les lignes et en sépia…

Gare à Roland v'là Roger !

Philostrate #Tennis
Roger Federer est un champion reposant. Ne voyez aucune malice dans cette remarque. Aucune allusion non plus à cette domination sans partage qui enlèverait à sa discipline ce petit piment, qu'elle a du reste perdu depuis pas mal d'années. Au contraire, Federer fait honneur au tennis, moins par son éblouissant palmarès que par ses qualités d'homme et d'athlète au sens noble du terme.

Ce Roger-là est humain, jusque dans son irrésistible ascension vers les sommets. Son physique, bien que poli pour briller sur les courts, semble normal. Il n'a pas l'air d'avoir emprunté son bras droit à Hercule ni d'enfiler en douce des cuissards, histoire d'avoir l'air d'un cycliste au moment d'aller consulter un quelconque Mabuse ibère. Même les plus suspicieux - et j'en fais partie, vous l'aurez compris…- n'ont pas de mal à croire qu'une ration de muesli bio et un bon bol d'air des alpages suffisent à combler son heureuse nature. Pas du genre grande gueule non plus. L'Helvète ne roule pas des mécaniques, n'accumule pas les fiancées peroxydées - sa placide dulcinée, souvent assise avec son sac à main sur les genoux, dégage presqu'autant de sex appeal que  Bernadette C. -, ne fait pas dans les déclarations fracassantes…

Il joue, et bien, c'est d'ailleurs tout ce qu'on lui demande. Il triomphe, avec naturel mais sans fausse modestie. Il affiche ses ambitions aussi, calmement et sans forfanterie. L'Open d'Australie 2007, sa dixième victoire dans un tournoi du Grand Chelem, l'ayant vu se hasarder plus que d'ordinaire du côté du filet, on se dit même qu'il pourrait encore avoir de belles années de popularité devant lui. Surtout si, d'aventure, Roland-Garros, qui s'est jusqu'à présent toujours dérobé, s'offrait enfin à lui ce printemps.

Federer a fait des Internationaux de France son but ultime, laissant même à penser que, si son palmarès ne devait plus s'enrichir que d'un seul Grand Chelem, ce serait celui-ci qu'il choisirait. Connors, dont il chasse le record de longévité à la première place mondiale, s'est toujours cassé les dents sur la terre battue de la porte d'Auteuil. Et quoiqu'il en dise, Jimbo l'irascible en a gardé un goût d'inachevé. Sampras aussi, malgré ses quatorze victoires en Grand Chelem, sur lesquelles lorgne aussi désormais le grand Roger. Souhaitons lui de faire mieux que ses deux augustes anciens. Souhaitons le pour le tennis. Souhaitons le pour le sport en général.

Titi 01/02/2007 11:06

C'est ben vrrrai ça ! Enfin un Grand Champion tout court et toutes disciplines confondues. Il est vrai que le tennis d'aujourd'hui a perdu de son aura. Les joueurs sont aussi charismatiques que des mollusques avachis. Et là, je vais faire un peu de lutte féministe : il me semble que le tennis féminin s'en sort mieux . Regardez la performance et le retour fulgurant de Serena Williams à l'open d'Australie 2007. Franchement ça fait plaisir ! Non ?

Facebook Twitter RSS Contact