Du sport ou du cochon

Du sport ou du cochon

Le sport entre les lignes et sans langue de bois

Partager

Dopé comme un bœuf espagnol

Philostrate — Dopage

PubSingevelo.jpg

      Contador est décidément moins fort qu'Armstrong. Dans leurs démêlés extra-sportifs sur fond de dopage supposé, Lance vient une nouvelle fois d'écraser le brave Alberto, échappant à une disgrâce trop vite promise et aux tracasseries judiciaires, là où l'infortuné Ibère se retrouvait "Gros-Juan" comme devant avec deux ans de suspension dans la musette. Elle était pourtant sympa son histoire de steack au clenbutérol et pas si farfelue que cela, comme l'a confirmé récemment le docteur Jean-Pierre de Mondenard dans un article du Nouvel Obs

 

      A l'arrivée, il n'y a hélas que l'Espagne pour y croire. Et dur comme fer, à en juger par la crise politico-médiatique que les déboires de Contador, épicés par les sketches des Guignols de l'Info croquant les sportifs espagnols en chaudières, ont ouvert entre la France et la péninsule hystérique. Qu'on se le dise : en Espagne, les champions c'est sacré, pas touche ! Surtout en temps de crise, où le péquin moyen se raccroche à leurs exploits comme aux derniers feux de la Movida…

 

      Au point de sacrifier tout un pan de l'économie locale ? Sans remords semble t-il. Car défendre bec et ongles la version de Contador, c'est bien admettre que la viande de boeuf espagnole déborde de clenbutérol ! On se souvient des hauts cris poussés par les maraîchers locaux quand l'affaire du vrai-faux concombre tueur leur avait fait boire le bouillon, mais là, sous prétexte que l'intérêt supérieur du sport du royaume est en jeu, rien… Pourtant, les éleveurs bovins transpyrénéens devraient l'avoir mauvaise d'être ainsi les dindons, passablement chargés, de la farce. C'est donc pour eux que je voudrais avoir une pensée, à l'heure où ce pataquès alimente en Espagne un sentiment antifrançais carabiné, dont notre quotidien sportif national a été jusqu'à faire sa "Une" aujourd'hui. Si l'expression "dopé comme une vache espagnole" entre dans le langage courant, je ne donne pas chère de la filière bovine locale. A moins qu'elle ne s'affiche, pour redorer son blason, en sponsor maillot d'une équipe de cyclisme professionnelle. Le raccourcis serait saisissant et les pontes de l'UCI Pro Tour n'auraient pas fini de ruminer.

Partager cet article

Commenter cet article

Emma 20/02/2012


Même Alain Afflelou, notre cher "lunettiste", a suspendu ses pages de pub sur Canal+ en réaction aux Guignols. Contador et autre Nadal peuvent encore compter quelques supporters en
France... 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog